Accès membre

ALUMNI INALCO - Le réseau des langues O

Portrait d'Alumni : Agathe Rue, coordinatrice des formations à l'Inalco

  • 5 juin 2019
  • -
  • Catégorie : Parcours d'alumni
  • -
  • Auteur : SULE CIFTCI
  • -
  • Vu : 287 fois
Portrait d'Alumni : Agathe Rue, coordinatrice des formations à l'Inalco

Agathe Rue est alumna de l'Inalco (chinois 2007, vietnamien 2010), elle est coordinatrice des formations à l'Inalco. Par ailleurs, elle fait aussi partie de la chorale qui réunit étudiants et personnels de l'Inalco.

Rétrospective de son parcours au sein de l'institut. 


Vous êtes un "pur produit Langues'O". Pourquoi avoir choisi l'Inalco ?

Dès mes quinze ans, j’ai décidé de faire ma carrière aux Langues’O (l'Institut était plus connu à cette époque sous cette appellation). J’en avais beaucoup entendu parler dans mon enfance. C’était pour moi une véritable vocation.

Après un bac L, je m'y suis tout de suite inscrite. C’était pour moi une évidence ! Pour l’anecdote, j’avais même refusé de faire la procédure de Ravel, ce qui avait horrifié mes professeurs, tant j’étais sûre de mon choix.

Vous avez un attrait indéniable pour les langues et les civilisations, quel cursus avez-vous donc suivi ?

J’ai d’abord appris le birman et le chinois, puis j’ai continué le chinois (grâce à l'enthousiasme de mon enseignante, Mme Fabienne Marc, envers qui j'exprime ma reconnaissance). Puis, j'ai bifurqué vers le vietnamien, tout ça en grande débutante… Sachant que j’avais déjà fait du russe (et du grec ancien) avec passion au collège et au lycée.

À l’Inalco, j’ai validé ma maîtrise de langue chinoise. En parallèle, toujours adepte des doubles cursus, j’ai suivi une licence d’ethnologie à Paris V. Je me suis également inscrite en première année de DREI (équivalent du M1 HEI actuel), surtout par curiosité, sans toutefois la valider : le monde contemporain n’était pas fait pour moi, je suis retournée me consacrer à mon mémoire, qui portait sur les jardins chinois.

Un attrait pour d’autres langues ou cultures du monde ?

Je suis, bien sûr, passionnée par la Chine et l’Asie du Sud-Est continentale, mais pas seulement. L’Europe du Nord et le monde slave m’attirent également beaucoup, peut-être à cause de certaines de mes origines, mais aussi de par la magie que dégagent les mélodies de ces langues.

Moins exotique, mais point central dans mon quotidien, l’anglais tient une place très importante parmi les langues que j’aime et pratique. D’ailleurs, très marquée par un voyage en Ecosse, j’adorerais apprendre une langue gaélique en complément.

Racontez-nous comment s’est déroulé votre parcours professionnel à l’Inalco...

J’ai commencé au sein de la Division de la Scolarité, rue de Lille, d’abord aux inscriptions, puis au Service des Bourses, formée par André Voeuk et Abdallah Ahmed, collègues piliers de ce service à l’époque. Dès 2007, je me suis penchée sur le manque de documentation sur les procédures administratives pour les étudiants.

En 2008, encouragée par M. Bayle, le Directeur général des services, j’ai monté au sein de la toute nouvelle Direction des Études le guichet unique d’information. J’ai adoré travailler au contact des étudiants d’abord, puis des enseignants, ce qui a conforté mon choix de passer des concours.

Ainsi, en 2008, j’ai réussi le concours SASU et je suis devenue fonctionnaire, nommée dans cette noble institution… Quelle chance !

En 2012, à la suite d’un congé maternité, j’ai été invitée à travailler à la Vie étudiante, où je gérais les associations et leurs projets culturels. Et depuis 2015, j’ai la chance de travailler au sein de la Direction des formations. Les formations sont au cœur de la vie de l’établissement, elles sont réfléchies, multiples et changeantes, ce qui rend ce poste passionnant.

Je continue d’ailleurs, parallèlement à mon travail, à suivre autant que possible des cours de civilisation. Travailler ici, c’est aussi avoir la chance de rester étudiante (à temps très partiel) dans mon domaine de prédilection !

Avez-vous d’autres activités en dehors de l’Inalco ?

En dehors du travail, mais toujours à l'Inalco, je participe à la chorale dont le prochain concert aura lieu le 5 juin.


Membre active depuis 2005 d’une association consacrée à la littérature jeunesse, je contribue à une encyclopédie en ligne (gros travail sur des sources en anglais) et je publie des actualités thématiques régulièrement. Je gère également une partie des partenariats. De plus, j’organise deux à trois rencontres par an, avec à chaque fois de nombreuses activités, pour les membres de l’association.


Source : inalco.fr

Auteur :
SULE CIFTCI

Etudiant

Commentaires

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire